A propos

Je peux décrire un arc en ciel avec poésie mémorable, mais je ne saurai jamais ce qu’il est jusqu’à quand je n’en vois un. Je peux expliquer en mots une délicieuse recette en détail, mais je ne vais pas en connaître le goût jusqu’à quand je ne décide de la goûter. Je peux certainement imaginer une caresse, mais je ne vais pas savourer sa douceur sans la donner ou la recevoir.

L’architecture appartient au genre des arcs en ciel, des caresses et des plats délicieux. Il faut l’essaier pour la connaître. A travers les cinq sens: tout d’abord, bien sûr, la vue, mais aussi en écoutant ses sons, en touchant ses surfaces, en percevant ses odeurs et – sinon par la dégustation des matériaux (c’est un privilège réservé à peu d’experts) – tout au moins en associant les odeurs et les goûts de notre vie aux lieux que nous aimons parce qu’ils en ont été la scène.

Mais l’expérience toute seule – irremplaçable – n’est pas la connaissance: l’architecture est un produit de l’intellect, et pour cette raison il faut compléter le cours de la pensée qui a produit l’idée de la chose d’abord et la chose elle-même ensuite, pour arriver au jugement que cette expérience induit dans notre esprit. Ce qui signifie lui donner un sens, une signification.

J’aime ce mot qui peut être lu de plusieures façons. Sens est une direction : sens unique, contresens, sens interdit. Sens est également l’expression de la conscience: sens du devoir, sens commun; un désir (sensuel), une prise de conscience (sixième sens, dans les deux sens, non-sens, sens de l’humour), une perception (audition, sensible, sensationnel).

Sens est sensation, perception, sentiment, humeur, sentiment , intuition, sensibilité, signification, valeur, concept, logique, principe, direction, vers, sensualité, désir, haine, dégoût, conscience. Tout ceci appartient à notre vie et par conséquence à l’environnement dans lequel nous vivons, soit en tant que nous le créeons dans l’action soit par la façon dont nous le vivons. J’appelle celà Architecture: science et art de vivre l’espace selon notre propre nature.

Image: Carlo Scarpa, dessin no. 31587 recto (Pianta dell’area di esposizione della statua di Cangrande; studi per il supporto della statua equestre in un’ipotesi a colonne). Courtoisie Archivio Carlo Scarpa, Museo di Castelvecchio Verona http://www.archiviocarloscarpa.it/web/disegni_scheda.php?scheda=341

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *